Et si les erreurs du cerveau nous guidaient vers l’inconnu !

Déc 11, 2019 par

D’où vient la créativité de l’esprit humain ? Pourquoi l’homme est-il irrémédiablement attiré par l’inconnu ? Des chercheurs français ont étudié ces questions. Dans un récent article publié dans la revue scientifique Nature Neuroscience, ils ont montré que la créativité serait liée plus aux erreurs qu’à une réelle curiosité.

erreur-creativite

Un choix orienté vers l’inconnu

Dans la vie quotidienne, chaque individu est constamment obligé de faire des choix, par exemple choisir le lieu d’une sortie ou sa prochaine destination pour les vacances. Comment le cerveau opère-t-il ce choix ? Les scientifiques ont observé que ces choix ne sont systématiquement pas guidés par les expériences passées, qui orienteraient directement vers l’option la plus sûre. Comment expliquer alors qu’une personne s’oriente vers une option peu certaine ? Le plus fréquemment, l’argument avancé est la curiosité de l’esprit humain.

Nombreux sont les experts à considérer que la curiosité est une caractéristique spécifique de l’être humain, à l’origine de sa créativité. Cette curiosité orienterait les choix de chaque individu, amené à choisir entre :

  • Des options connues grâce à des expériences passées ;
  • Des options plus incertaines et totalement inconnues.

Dans cette vision des choses, quelle est la place de l’erreur ?


Réelle curiosité ou erreurs d’évaluation des possibilités ?

Pour considérer que la curiosité guide les choix dans la vie quotidienne, il faut implicitement émettre l’hypothèse que les hommes ne font jamais ou presque d’erreurs dans l’évaluation des différentes options possibles et dans le choix final de l’option.

Une équipe française de recherche de l’INSERM s’est intéressée à cette hypothèse. Dans de précédents travaux, elle avait déjà montré que la capacité de choix est conditionnée par des erreurs de raisonnement au moment de l’évaluation des différentes options, et pas seulement par la curiosité ou une hésitation entre plusieurs possibilités.

Pour aller plus loin, les chercheurs ont étudié le comportement d’environ 100 personnes dans un jeu de machines à sous. Chaque participant avait le choix entre deux symboles :

  • Le symbole de gauche qui avait rapporté de l’argent dans les essais précédents ;
  • Le symbole de droite, associé à une récompense beaucoup plus incertaine.

Les erreurs guident l’homme vers l’inconnu

En analysant les comportements, ils ont observé que plus de la moitié des choix, qui seraient potentiellement attribuables à de la curiosité, résultaient en fait d’erreurs d’évaluation. Ainsi, lorsqu’un individu fait le choix de l’inconnu, ce ne serait pas sa curiosité qui le guiderait, mais une erreur de raisonnement sur les différentes options possibles.

Pour déterminer l’origine des erreurs, les chercheurs ont ensuite enregistré l’activité cérébrale d’une partie des participants au cours d’une IRM fonctionnelle. Les erreurs d’évaluation des participants étaient associées à une variation de l’activité cérébrale dans le cortex cingulaire antérieur, une région impliquée dans la prise de décisions. Plus l’activité de cette zone était élevée, plus les erreurs d’évaluation étaient importantes.

Ces nouveaux résultats viennent profondément remettre en question la théorie selon laquelle la curiosité serait le moteur de l’orientation de l’homme vers l’inconnu. En réalité, le cerveau se baserait sur ses propres erreurs d’évaluation pour faire des choix vers l’inconnu. Les erreurs de raisonnement seraient ainsi à l’origine de nombreuses découvertes effectuées par l’homme !

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Des erreurs à l’origine de la créativité de l’esprit humain ? Communiqué de Presse. INSERM. Consulté le 10 décembre 2019.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.