Neuroplasticité - Thérapeutiques - conclusionConclusion

  1. Ainsi, ces nouvelles données concernant la neurotoxicité des épisodes dépressifs nous permettent de mieux comprendre les mécanismes physiopathologiques des récidives, qui sont si fréquentes. Outre cette meilleure connaissance, elles entraînent deux conséquences pratiques dans la prise en charge des patients déprimés : la première concerne la nécessité d’obtenir une rémission complète des symptômes dépressifs, notamment au travers de la régression des troubles cognitifs et mnésiques ; la seconde est la nécessité de traiter précocement les épisodes dépressifs afin de limiter les atteintes de la neuroplasticité, qui feront le lit des rechutes et récidives à venir, notamment grâce à des traitements neuroréparateurs.